• Mon après midi..

    Mon après midi..

    Cet après midi, j'ai fait une surprise à une amie. Elle avait une chimio à Curie et je lui ai fait la surprise de venir.. 

    En ce moment, c'est Octobre Rose. Et pour ce mois, ils ont fait cette année une déco de 10000 grues roses.

    Je vais vous conter cette légende des 1000 grues de Sadako.

    « La légende des mille grues est une légende originaire du Japon, où l’origami est très pratiqué, qui raconte que si l’on plie mille grues en papier, on peut voir son vœu de santé, longévité, d'amour ou de bonheur exaucé.

    Cette légende est aujourd'hui associée à une jeune fille japonaise, Sadako Sasaki. Enfant, elle fut exposée au rayonnement du bombardement atomique d'Hiroshima et atteinte de leucémie. Ayant entendu la légende, elle décida de plier mille grues espérant que les dieux, une fois les mille grues pliées, lui permettraient de guérir. Elle confectionna au total 644 grues de papier. Elle mourut le 25 octobre 1955 à l'âge de douze ans. Elle avait plié ses grues avec tout le papier qu'elle pouvait trouver, jusqu'aux étiquettes de ses flacons de médicament.

    L'histoire de Sadako eut un profond impact sur ses amis et sa classe. Pour soutenir son action et honorer sa mémoire, ses compagnons de classe plièrent le nombre restant de grues en papier et elle fut enterrée avec une guirlande de mille grues.

    Aujourd'hui, dans le Parc de la Paix d'Hiroshima, se dresse une statue dédiée à la mémoire Sadako et placée sur un piédestal en granite ; elle tient une grue en or dans ses bras ouverts. À sa base se trouve cette inscription :
    Ceci est notre cri.
    Ceci est notre prière.
    Pour construire la paix dans le monde

    Tous les ans, des enfants du monde entier plient des grues et les envoient à Hiroshima. Les origamis sont disposés autour de la statue. Grâce à Sadako, la grue en papier est devenue un symbole international de la Paix.

    Depuis, il est entré dans la tradition de plier mille grues en papier lorsqu'un proche ou bien un ami est gravement malade. Au-delà de la superstition, cet acte procure courage et volonté au malade, qui se sent ainsi entouré. »

    « Sur les traces d'Henri IVAu détour des rues »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 24 Octobre à 22:58

    Une belle histoire pleine d'espoir

    Bise, Michel

    2
    Jeudi 25 Octobre à 09:04

    C'est une belle histoire digne d'interêt.Je retiens pour ma part ton geste de solidarité.Seuls peuvent comprendre ce qui y sont passés.

    Bises.

    3
    Jeudi 25 Octobre à 12:56

    Belle histoire et beau geste de générosité Monique qui te ressemble bien ...

    Bises de Christiane

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :